Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

ImageLe Conseil de sécurité des Nations unies a approuvé vendredi les décisions de l'Union africaine (UA) sur la transition politique en Côte d'Ivoire après le 30 octobre.
Le Conseil de sécurité des Nations unies a approuvé vendredi les décisions de l'Union africaine (UA) sur la transition politique en Côte d'Ivoire après le 30 octobre.

Dans une déclaration lue par son président, l'ambassadeur de Roumanie à l'Onu Mihnea Motoc, le Conseil "fait sienne la décision du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'UA", adoptée lors de son sommet à Addis Abeba le 6 octobre.

Le Conseil approuve ainsi la décision de maintenir en fonctions au-delà du 30 octobre, et pour une période n'excédant pas un an, le président ivoirien Laurent Gbagbo, malgré l'expiration de son mandat, et de nommer un Premier ministre acceptable par toutes les parties ivoiriennes et aux pouvoirs renforcés.

Le sommet d'Addis Abeba s'est efforcé de mettre sur pied une solution transitoire en Côte d'Ivoire après le 30 octobre, suite au report sine die de l'élection présidentielle prévue à cette date, faute de préparations suffisantes, alors que ce pays se débat depuis trois ans dans une grave crise politico-militaire.

Dans sa déclaration, rédigée par la France, le Conseil exprime l'intention de prendre les mesures nécessaires pour appuyer la mise en oeuvre de la décision de l'UA, "afin d'organiser des élections libres, justes, ouvertes, transparentes et crédibles aussitôt que possible et au plus tard le 30 octobre

Il "exige (...) de toutes les parties ivoiriennes concernées qu'elles appliquent pleinement et sans délai la décision" du CPS de l'UA. L'opposition ivoirienne avait récusé lundi "avec force" l'idée de maintenir à son poste le président Gbagbo après le 30 octobre, date de la fin de son mandat.

Dans un paragraphe consacré à la demande de l'UA d'un renforcement "substantiel" des effectifs de l'Opération de l'Onu en Côte d'Ivoire (Onuci) pour mieux assurer la stabilité du pays dans la période délicate qui s'annonce, le Conseil se contente d'en prendre note, "sans préjudice de toute décision" qu'il pourrait prendre à cet égard.

Il exprime son intention de considérer ultérieurement s'il convient de fournir des ressources supplémentaires à l'Onuci, "sur la base d'une étude précise de la situation dans le pays et sur la preuve de progrès tangibles dans la mise en oeuvre des engagements pris dans le cadre de l'accord de Linas-Marcoussis et des autres accords pertinents".

Ce paragraphe, a-t-on indiqué de source diplomatique, a été ajouté à la demande des Etats-Unis, de plus en plus réservés devant les demandes de renforcement, voire simplement de reconduction des mandats des forces de paix de l'Onu, dont ils financent 27% des budgets.

Arguant du besoin, imposé par la loi, d'obtenir l'approbation du Congrès pour toute mesure de ce genre, l'ambassadeur américain à l'Onu, John Bolton, affirme vouloir s'assurer d'abord de l'efficacité de ces missions.

Le Conseil demande par ailleurs à toutes les parties ivoiriennes de coopérer pleinement avec les présidents nigérian Olusegun Obasanjo, président de l'UA, et sud-africain Thabo Mbeki, médiateur de l'UA dans la crise ivoirienne, lors de leur prochaine visite, "en vue d'assurer une application sans délai de la décision de l'UA" et notamment "la nomination rapide d'un Premier ministre".

Enfin le Conseil apporte son appui à la visite lundi à Abidjan du président de son comité des sanctions, l'ambassadeur de Grèce, Adamantios Vassilakis.


souce : AFP