Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.


Depuis bien longtemps, courent les bruits les plus contradictoires sur le compte de Montesquieu, philosophe des Lumières, à qui la rumeur prêtait une détestation telle de la traite et de l’esclavage des Noirs qu’il dut utiliser un ton sarcastique pour le condamner fermement dans « De l’esprit des lois ».

 La pugnacité et l’assurance des disciples inconditionnels des Lumières se sont très vite attachées à présenter le fameux texte de Charles-Louis de Secondat, baron de la Brède et de Montesquieu comme étant l’un des fleurons de la position officielle des philosophes des Lumières.

Voici donc le texte intégral tant évoqué du chapitre V - Livre XV de « De l’esprit des lois » (1) :

« Si j’avais à soutenir le droit que nous avons eu de rendre les nègres esclaves, voici ce que je dirais : Les peuples d’Europe ayant exterminé ceux de l’Amérique, ils ont dû mettre en esclavage ceux de l’Afrique pour s’en servir à défricher tant de terres.

Le sucre serait trop cher, si l’on ne faisait travailler la plante qui le produit par des esclaves.

Ceux dont il s’agit sont noirs depuis les pieds jusqu’à la tête ; et ils ont le nez si écrasé qu’il est presque impossible de les plaindre.

On ne peut se mettre dans l’esprit que Dieu, qui est un être très sage, ait mis une âme, surtout bonne, dans un corps tout noir. Il est si naturel de penser que c’est la couleur qui constitue l’essence de l’humanité, que les peuples d’Asie qui font des eunuques, privent toujours les noirs du rapport qu’ils ont avec nous d’une façon plus marquée.

On peut juger de la couleur de la peau par celle des cheveux, qui, chez les Égyptiens, les meilleurs philosophes du monde, étaient d’une si grande conséquence qu’ils faisaient mourir tous les hommes roux qui leur tombaient entre les mains.

Une preuve que les nègres n’ont pas le sens commun, c’est qu’ils font plus de cas d’un collier de verre que de l’or, qui, chez des nations policées, est d’une si grande conséquence.

Il est impossible que nous supposions que ces gens-là soient des hommes ; parce que, si nous les supposions des hommes, on commencerait à croire que nous ne sommes pas nous-mêmes chrétiens.

De petits esprits exagèrent trop l’injustice que l’on fait aux Africains. Car, si elle était telle qu’ils le disent, ne serait-il pas venu dans la tête des princes d’Europe, qui font entre eux tant de conventions inutiles, d’en faire une générale en faveur de la miséricorde et de la pitié ? »

Et à cela rien ne résiste : une simple recherche sur votre moteur de recherche habituel avec la phrase « Montesquieu + de l’esclavage des nègres » donne une vision effrayante mais toutefois très précise du formatage de la pensée dans ce domaine. Mais que cherche t-il réellement à dire dans son texte et, plus généralement, dans de « De l’esprit des lois » ?

Le livre XV de « De l’esprit des lois » - qui est celui qui évoque le plus l’esclavage - commence à intriguer dès les premières lignes du sous-titre : « Comment les lois de l’esclavage ont du rapport avec la nature du climat ». Puis, au fil de la lecture, on semble reconnaître le Montesquieu tant encensé pour son courage intellectuel, son empathie et son abnégation, lorsqu’il affirme que l’esclavage « n’est utile ni au maître ni à l’esclave ; à celui-ci parce qu’il ne peut rien faire par vertu ; à celui-là, parce qu’il contracte avec les esclaves toutes sortes de mauvaises habitudes, qu’il s’accoutume insensiblement à manquer à toutes les vertus morales, qu’il devient fier prompt, dur, colère, voluptueux, cruel ». ( Livre XV, Chapitre I )

Mais l’on déchante au moment où l’on comprend la profondeur réelle du raisonnement qui vient juste après cette citation qui annonçait pourtant les meilleures intentions :

« Dans les pays despotiques, où l’on est déjà fous d’esclavage politique, l’esclavage civil est plus tolérable qu’ailleurs. Chacun y doit être assez content d’y avoir la subsistance et la vie. Ainsi la condition de l’esclave n’y est guère plus à charge que la condition de sujet. Mais dans un gouvernement monarchique (.) il ne faut point d’esclaves. » ( XV, I )

Tout le réel de la pensée de Montesquieu se réduit en effet à cela : l’esclavage dans les pays « despotiques », quoiqu’il ne soit pas très moral, n’en demeure pas moins acceptable et compréhensible alors que rien ne le justifie dans les monarchies du nord. Il utilisera ainsi sa « théorie des climats » pour expliciter chacun de ces points de vue :

« Les peuples des pays chauds sont timides comme les vieillards le sont ; ceux des pays froids sont courageux comme le sont les jeunes gens.(...) nous sentons bien que les peuples du nord, transportés dans les pays du midi, n’y ont pas fait d’aussi belles actions que leurs compatriotes qui, combattant dans leur propre climat, y jouissent de tout leur courage.

(...)Vous trouverez dans les climats du nord des peuples qui ont peu de vices, assez de vertus, beaucoup de sincérité et de franchise. Approchez des pays du midi vous croirez vous éloigner de la morale même ; des passions plus vives multiplient les crimes (.) La chaleur du climat peut être si excessive que le corps y sera absolument sans force. Pour lors l’abattement passera à l’esprit même : aucune curiosité, aucune noble entreprise, aucun sentiment généreux ; les inclinations y seront toutes passives ; la paresse y sera le bonheur ». ( XIV, II )

En somme, plus on s’éloigne du nord et plus on s’écarte de l’humain parfait, de l’homme noble. On ne comprendra décidément rien de la soi-disant ironie tant que l’on n’aura pas saisi cette essentielle « théorie des climats ». Dans cette théorie il est considéré que dans les pays chauds, le despotisme relèverait de l’ inné, serait naturel et se conjuguerait ainsi très aisément à un « déterminisme climatique ».

De même, il garantit de manière tout aussi péremptoire que « les Indiens sont naturellement sans courage » et, qu’à leur propos ainsi qu’à tous ceux des climats chauds « une bonne éducation est plus nécessaire aux enfants, qu’à ceux dont l’esprit est dans la maturité ; de même les peuples de ces climats ont plus besoin d’un législateur sage, que les peuples du notre ». ( III, XIV )

A aucun moment du désormais célèbre « De l’esclavage des nègres » qui forme le chapitre V du Livre XV, Montesquieu ne prend position clairement contre l’esclavage des Noirs. Aucun. C’est une vue de l’esprit. Ce sont surtout les idéologues qui lui font dire et écrire ce qu’il n’a jamais ni dit ni écrit. Le philosophe se donne juste pour mission de se mettre au diapason d’un individu qui aurait le désir de convaincre un éventuel auditoire des raisons valables - selon ce personnage imaginaire - de réduire les Noirs en esclavage.

Dans le chapitre II du livre XVII titré « Différence des peuples par rapport au courage », il se contredit encore et toujours :

« Les peuples du nord de la Chine sont plus courageux que ceux du midi ; les peuples du midi de la Corée ne le sont pas tant que ceux du nord. Il ne faut pas être étonné que la lâcheté des peuples des climats chauds les ait presque rendus toujours esclaves, et que le courage des peuples des climats froids les ait maintenus libres ».

Comment un philosophe qui explique ici explicitement qu’il n’ y a guère de motif tenable qui justifie que l’on étonne du sort de servitude consacré aux peuples du midi, peut-il être comptable d’une prétendue ironie qui visait à dénoncer ce qu’il cautionnait tout au long de « De l’esprit des lois » ? A moins de justifier d’une versatilité supersonique en circuit fermé ( rappelons que le livre a été écrit sur plusieurs années et publié en 1748 ) on ne voit pas le bien-fondé d’une telle affirmation. L’Afrique est bien évidemment accusée du crime de lèse-majesté : celui d’appartenir aux pays chauds puisqu’elle « est dans un climat pareil à celui du midi de l’Asie » ( XVII, VII ).

Ce passage est très intéressant car il permet une fois de plus de réfuter l’idée des défenseurs d’un Montesquieu anti-esclavagiste : quand on fait le rapprochement entre la fameuse « théorie des climats » et « De l’esclavage des nègres », on ne sent pas que l’un soit le diamétral opposé de l’autre. Certains passages se recoupent d’ailleurs tellement qu’ il est presque impossible d’affirmer, catégorique, que pour connaître l’avis de Montesquieu il suffirait de procéder à une inversion symétrique de ce qu’il exprime.

Pis encore, en évaluant ce qu’il écrit au sujet des Asiatiques du midi, on peut se faire une idée objective de ce qu’il pense des Africains puisque sa « théorie des climats » observe des inaptitudes qui ont en propre d’appartenir aussi bien aux Africains qu’aux Asiatiques du midi. Or ce qu’il dit de ces Asiatiques est sans ambages et s’applique a fortiori aux Africains.

Le chapitre VI du livre XV - soit celui qui suit immédiatement celui consacré à « De l’esclavage des nègres » est intitulé « Véritable origine du droit de l’esclavage ». Y est défendu la thèse d’un droit juste de l’esclavage concernant ceux qui se mettent en servitude au profit des opposants qui « tyrannisent le gouvernement »...« C’est là, l’origine juste et conforme à la raison de ce droit de l’esclavage très doux que l’on retrouve dans quelques pays »

Si l’esclavage est contre nature c’est d’abord parce que, tout de même, les hommes naissent avant tout égaux. Montesquieu l’admet volontiers mais il subtilise constamment son avis, ce que la rumeur ne précise bien entendu jamais puisque ce n’est pas dans ses buts de permettre une lecture saine des écrivains des Lumières - au contraire. Pourtant, dans le chapitre suivant, le VII du livre XV nommé « Autre origine du droit de l’esclavage », ses positions sont clairement tranchées en faveur d’un autre droit de l’esclavage. Et là, c’est encore et toujours le bon moment pour le surgissement de sa « théorie des climats » :

« Il y a des pays où la chaleur énerve le corps et affaiblit si fort le courage, que les hommes ne sont portés à un devoir pénible que par crainte du châtiment : l’esclavage y choque donc moins la raison.

Aristote veut dire qu’ il y a des esclaves par nature ; et ce qu’il dit ne le prouve guère. Je crois que, s’ il y en a de tels, ce sont ceux dont je viens de parler. Mais, comme tous les hommes naissent égaux, il faut dire que l’esclavage est contre la nature, quoique, dans certains pays il soit fondé sur la raison naturelle ; et il faut bien distinguer ces pays d’avec ceux où les raisons naturelles même les rejettent, comme les pays d’Europe où il a été si heureusement aboli ».

Si les hommes naissent égaux, il n’en reste pas moins que la nature reprend des fragments résiduels de cette « égalité provisoire » pour les requalifier selon le climat. Ce qui, par conséquent, est valable pour les « pays chauds » ne l’est pas pour la France. Et si parmi ces hommes se trouvent des esclaves qui, par la force de leur environnement climatique, sont en servitude, rien ne devrait choquer outre mesure. Du climat qui se constitue en socle déterministe, s’établit naturellement une règle que même la morale émancipatrice des Lumières ne peut endiguer ou condamner.

N’est-ce pas assez clair lorsqu’il garantit : « Il faut donc borner la servitude naturelle à de certains pays particuliers de la terre. Dans tous les autres, il me semble que, quelque pénibles que soient les travaux que la société y exige, on peut tout faire avec des hommes libres » ( XV, VIII ) ?

Borner la servitude naturelle à certains lieux comme les colonies et les pays du midi, par exemple ! Montesquieu le dit bien « l’ objet de ces colonies est de faire le commerce à de meilleures conditions qu’on ne le fait avec les peuples voisins » ( XXI, XXI ). Voilà exactement ce en quoi Montesquieu donne l’impression de croire. Le philosophe parle donc ( très peu ) des colonies françaises dans son oeuvre et, étrangement, ce n’est pas pour y dénoncer l’injustice mais plutôt pour louer leur grandeur : « Les Carthaginois, pour rendre les Sardes et les Corses plus dépendants, leur avaient défendu, sous peine de la vie, de planter, de semer, et de faire rien de semblable ; ils leur envoyaient d’Afrique des vivres. Nous sommes parvenus au même point, sans faire des lois si dures. Nos colonies des îles Antilles sont admirables ; elles ont des objets de commerce que nous n’avons ni ne pouvons avoir ; elles manquent de ce qui fait l’objet du nôtre (...) La navigation d’Afrique devint nécessaire ; elle fournissait des hommes pour le travail des mines et des terres d’Amérique. L’Europe est parvenue à un si haut degré de puissance, que l’histoire n’a rien à comparer là-dessus (...) ».( XXI, XXI )

Montesquieu connaît parfaitement le sort des Noirs en Amérique mais il le traite par le silence pour mieux célébrer la puissance de l’esprit de commerce. Il le dit lui-même : « les colonies sont admirables ». Il n’y demande pas l’abrogation de l’esclavage des Noirs qu’il sait être cruel, puisque lui-même vendait son vin outre-mer et était très bien installé dans les milieux marchands - donc négriers - de Bordeaux parmi lesquels il comptait beaucoup d’amis.

Il faut avoir lu « De l’esprit des lois » du livre X au livre XXI pour comprendre la portée de la pensée décrite ici. Malheureusement, peu de ceux qui se laissent mystifier par le procédé rhétorique de « De l’esclavage des nègres » en ont pris la peine. Ils se contentent de se plagier les uns et les autres sans ne jamais chercher plus loin que ce qu’enseigne le discours normatif.

Si le philosophe prend des postures volontairement brouillées pour défendre ses idées, en réalité il loue implicitement l’esclavage car celui-ci permet de consolider la grandeur du pays. Plutôt que d’être ironique, son texte se propose plus d’être l’ « avocat du diable » qu’autre chose. Mais le fonds de pensée défendu dans l’ouvrage ne reflète absolument pas les positions humanistes qui lui sont universellement imputées.