Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

images.jpgRosa Parks nous a quittés,  le 25 octobre 2005, d'une mort naturelle à l’âge de 92 ans.

La plupart des historiens datent le début du mouvement moderne des droits civiques aux Etats-Unis en décembre 1955. C’était le jour où une ouvrière couturière inconnue à Mongomery, Parks.jpgen Alabama, a refusé de céder son siège à un passager blanc. Cette fière et courageuse sœur, Rosa Parks a été arrêtée et condamnée à payer une amende à la ville.

Mais son acte qui, à première vue, paraissait isolé, était le début d’un grand mouvement pour le droit civique, qui a mis un terme à divers systèmes ségrégationnistes dans le pays.

Cet évènement a, en effet, mobilisé toute la communauté noire américaine pour défendre leurs droits.

Rosa parks naît en Alabama sous le nom de jeune fille Rosa Louise McCauley, son père James McCauley était charpentier, et sa mère Leona McCauley, professeur.

A l’âge de deux ans, elle part pour habiter la ferme de sa grand-mère, avec sa mère et son petit frère Sylvester.

A l’âge de 11 ans, elle est inscrite dans une école pour filles, l’école industrielle de Mongomery. En effet, c’est une école privée fondée par des femmes libérales nordistes des Etats-Unis. La philosophie de l’école est basée sur la valeur de l’individu, une idéologie conforme à la pensée de sa mère Leona McCauley, il s’agit de « tirer profit de toutes les occasions, aussi minimes qu’elles soient ».

Mais les occasions sont rares. Mme Parks rappelle dans une interview que «  nous n’avons aucun droit, c’est juste une question de survie, d’exister au prochain jour. Je me rappelle qu’en parks2.jpgallant dormir le soir, j’avais peur parce que j’entendais le hurlement des hommes, femmes et enfants, qu’on lynchait impunément, les maisons qui brûlaient à deux pas de nos portes ». Elle, disait craindre pour sa propre vie, qu’un jour ou l’autre cela pouvait tout à fait arriver chez elle ou à un membre de sa propre famille. Elle était donc convaincue que le boycott des autobus était la meilleure chose à faire parce que c’est conforme à ses convictions. « Je n’ai aucune crainte à y participer », elle a dit «  ce sera plus une occasion pour moi de ne plus me sentir seule ».

Devenue professeur à l’université d’Etat de l’Alabama, la jeune Rosa s’est installée à Mongomery, avec son mari, Raymond Parks. Le couple intègre la NAACP et a travaillé pendant plusieurs années pour améliorer la condition de vie des membres de la communauté noire, exclue du système économique et social américain.

« J’ai travaillé sur de nombreux cas dans la NAACP, mais aucune publicité n’a été faite sur nous et nos actions ». Pourtant, « nous sommes intervenus sur des cas graves comme la flagellation, les meurtres, les viols. C’est dommage que nous n’ayons pas eu de résultat de ce côté-là, parce qu’il ne s’agit pas de défiance vers l’autorité en face; mais, le fait d’avoir pris connaissance de toutes ces horreurs nous a donné du courage, à continuer nos actions. »

L’affaire de l’autobus a permis de créer l’association pour l’amélioration de Mongomery dirigée par le Dr Martin Luther King. L’association a lancé le boycott de tous les autobus, qui a duré king_Parks.jpg382 jours : cet événement a propulsé les deux personnages Parks et King aux devants de la scène internationale, leur permettant de s’expliquer sur les causes de cet acte fort posé.

Par ordonnance, la Cour Suprême des Etats-Unis a mis un terme à toute forme de discrimination dans les transports publics.

En 1957, Mr et Mme Parks sont reçus par les membres du Congrès pour recevoir un prix d’honneur.

Puis, après la mort de son mari, Mme Parks a créé l’institut Raymond Parks pour l’auto développement. L’une des réalisations de cet institut fut le programme annuel destiné aux jeunes adolescents, du nom PATHWAY OF LIBERTY. Les jeunes voyagent accompagner d’adultes dans des autobus tout en apprenant l’histoire de leur pays et des droits civiques.

 

ROSA_PARKS.jpgMme Parks déclare « j’offre un bon  moyen pour considérer la vie avec optimisme et pour espérer, en attendant avec intérêt des jours meilleurs mais, je pense qu’il n’y a pas meilleure chose que le bonheur. Cela me fait souffrir de voir tant d’immobilisme de notre part devant un tel racisme des blancs envers nous, de l’activisme affiché du Klan. Je pense que lorsque l’on se dit heureux, on a tout ce dont nous avons besoin et rien d’autres à souhaiter mais je n’ai pas encore franchi cette étape ».

Mme Parks est décédée le mardi 25 octobre! Puisse Osiris lui réserver une place de choix à ses pieds protecteurs!