Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

Le nouveau Président haïtien et le vice-président vénézuélien, José Vicente Rangel, ont paraphé dimanche l’accord qui permettra à Haïti de recevoir une livraison de 7.000 barils de pétrole par jour ; dans une claire allusion à son ennemi américain, Caracas prévient qu’il ne cherche pas à entraîner Haïti vers "l’axe du mal".



Le nouveau chef de l’Etat haïtien a posé dimanche après-midi à Port-au-Prince le premier acte officiel de son second mandat en paraphant l’accord pétrolier Petrocaribe avec le vice-président vénézuélien, José Vicente Rangel, venu assister à son investiture, en remplacement du Président Hugo Chàvez en voyage à Londres.

La cérémonie de signature du document s’est tenue au Palais National (siège de la Présidence) peu après le discours d’investiture de M. Préval, prononcé exclusivement en créole et dont le leitmotiv était la paix entre les haïtiens.

Le Vénézuéla, par l’organe de son vice-président, s’est notamment engagé à fournir 7.000 barils de pétrole quotidiennement à Haïti dans le cadre du Petrocaribe, un programme de fourniture de produits pétroliers à prix préférentiel mis en place par Chàvez dans une perspective de solidarité régionale. L’arrivée dimanche matin dans la baie de Port-au-Prince d’un tanker transportant 100.000 barils de différentes variétés de produits pétroliers, symbolise la concrétisation de l’accord. Le dirigeant vénézuélien a aussi rappelé les conditions exceptionnelles offertes par Petrocaribe dont le remboursement de 40% de la dette sur 25 ans à un taux d’intérêt de 1% l’an et l’octroi d’un délai de grâce de 25 ans. Précisant que la consommation d’Haïti est estimée à 11.000 barils par jour, José Vicente Rangel a parallèlement promis au pays d’autres avantages prévus par l’accord de San José, un partenariat entre le Vénézuéla et le Mexique auquel Haïti a adhéré depuis plusieurs années.

En outre, le pays recevra, sur une période de douze mois, 120 tonnes d’asphalte, destinées à des travaux dans le domaine des infrasctructures routières que des ingénieurs militaires de la Mission onusienne exécuteront.

Reprenant la rhétorique anti-impérialiste d’Hugo Chàvez, principale bête noire des Etats-Unis sur le continent américain après Cuba, le vice-président vénézuélien a malicieusement décoché une nouvelle flèche contre les Etats-Unis en écartant tout lien entre l’aide pétrolière accordée par Caracas et l’orientation politique du nouveau régime de Port-au-Prince. "Nous ne voulons pas orienter, même de très loin, la direction de votre gouvernement. C’est une coopération absolument transparente. Qu’on ne dise pas demain matin que nous prétendons guider Haïti vers l’axe du mal", a martelé M. Rangel. L’administration Bush désigne régulièrement le régime vénézuélien comme l’un des éléments de "l’axe du mal".

Rangel a, par ailleurs, indiqué que le Président Chàvez l’avait appelé dimanche matin de Londres pour lui demander de transmettre ses félicitations au Président Préval à l’occasion de l’officialisation de l’accord.

La première livraison du pétrole vénézuélien à Haïti pourrait ouvrir de nouvelles perspectives sur le plan économique et social, mais aussi des incertitudes sur les réactions des différents acteurs intervenant sur le marché pétrolier, en particulier les multinationales. Tout reste flou également sur les bénéfices socio-économiques que la majorité de la population pourrait retirer de la commercialisation du pétrole offert par Caracas.
Source :  Radio Kiskeya