AFRIQUE

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Samedi 22 avril 2017 à PARIS, vous êtes tous invités à la grande conférence « GBAGBO CONTRE LA FRANCAFRIQUE ». A travers la guerre de propagande menée contre Laurent GBAGBO, Michel Collon reviendra aux côtés de témoins majeurs de la crise ivoirienne sur les 5 principes du médiamensonge que l’on retrouve dans toutes les propagandes de guerre. Votre chemin vers le Centre Maurice Ravel. Votre chemin vers la vérité avec la Commission d’Enquête Gbagbo contre Françafrique, animée par Michel Collon. Samedi 22 avril, à 14, Paris 12ème.   CISP 6 Avenue Maurice Ravel, 75012 ParisMetro : Porte de Vincennes (Ligne 1) Par le métro Prendre la ligne – Direction Château de Vincennes : descendre à Porte de Vincennes : (puis 10 minutes de marche pour arriver au centre) A 10 minutes à pied de la Porte de Vincennes :Prendre le Boulevard Soult / Boulevard des Maréchaux, puis à gauche sur l’Avenue Courteline, à droite sur l’Avenue Vincent d’Indy, l’Avenue Maurice Ravel est dans son prolongement. ou En tramway depuis la Porte de Vincennes : Prendre le – Direction PONT GARIGLIANO – HOPITAL EUROPEEN GEORGE POMPIDOU et descendre à la station : ALEXANDRA DAVID-NEEL (4 minutes de marches et vous êtes arrivé) ou En bus depuis Nation : De Nation prendre le – – Direction CHATEAU DE VINCENNES Et descendre à la station PORTE DE SAINT-MANDE : ( 4 minutes de marche) On encore En Bus depuis Saint-Lazare par exemple : De GARE SAINT-LAZARE – – Direction PORTE DE MONTEMPOIVRE (36 arrêts prévoir minimum 1h de trajet ) Descendre à JULES LEMAITRE – MAURICE RAVEL : ( et le centre maurice Ravel est juste en face) + + + + + Pourquoi et comment on va chercher la vérité sur les événements de Côte d’Ivoire et le procès de Laurent Gbagbo…

Le Kenya se retire de la CPI à son tour

Écrit par  |  jeudi, 27 octobre 2016 22:34  |  Publié dans Afrique Est
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Le parlement kenyan a voté une loi en faveur du retrait de son pays de la CPI ,le projet a été soumis aux parlementaires ce matin par le gouvernement, il a été appuyé par le président Uhuru Kenyatta qui invitait les députés à approuver le projet de loi en vue d’autoriser le Kenya à quitter la Cour pénale internationale (CPI). Seule opposition, le  parti Orange de Raila Odinga. Le chef de la majorité parlementaire, Aden Duale, assure que quitter la CPI va « redorer l’image du Kenya » et protéger les citoyens et la souveraineté du pays. En 2013, le Kenya avait déjà manifester son intention de se retirer de la cour, la CPI avait réagi par la voix d’un des porte-paroles, Fadi el-Abdallah,qui estimait que ‘’ ce retrait n’entraînerait en rien l’arrêt des procédures en cours contre MM. Kenyatta et Ruto. Au contraire, il ne saurait être que dommageable pour les Kényans et la protection contre les crimes contre l’humanité.’’
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Le Dr Boga Sako intervient devant les manifestants à la Haye pour apporter la lumière sur le déroulement du procès contre Gbagbo et Blé Goudé. il déplore les assertions du procureur ornées de mensonges, d'affabulations en tout genre montrant en réalité que Mme la procureur Mme Bensouda ne connait en rien la réalité de la vie en Côte d'ivoire.    

L’Afrique se mobilise contre la « justice » néocoloniale

Écrit par  |  vendredi, 29 janvier 2016 19:01  |  Publié dans Cote d'Ivoire
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Les procès du président ivoirien Laurent Gbagbo et de son ministre de la Jeunesse Charles Blé Goudé viennent de débuter à la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye, aux Pays-Bas. Comme attendu, ces deux procès connaissent aujourd'hui une mobilisation sans précédent de la part des ressortissants ivoiriens et africains en général, aussi bien à La Haye devant cette même CPI, qu'à différents endroits d'Afrique et du monde. En effet, il s'agit probablement d'une première dans l'histoire de la justice prétendument internationale. Jamais des « accusés » de ladite « justice » n'avaient mobilisé autant de monde en leur faveur. On peut bien sûr se rappeler de Slobodan Milosevic, président yougoslave dont l'arrestation et la détention avaient également mobilisé grand nombre de ses partisans en ex-Yougoslavie et au-delà: tous ceux et celles qui connaissaient et connaissent l'histoire véritable de cet Etat aujourd'hui disparu. Notamment feu Maître Jacques Vergès ayant défendu l'ex président yougoslave et qui connaissait les véritables criminels. La mort de Milosevic, dans des circonstances plus qu'obscures (certains parlent ouvertement d'assassinat) à la prison de Scheveningen, avait aussi révolté plus d'un. On peut également mentionner les autres détenus serbes accusés de « crimes contre l'humanité », alors qu'en parallèle les représentants non-serbes était peu ou pas du tout inquiétés, même ceux responsables des pires exactions possibles sur les civils, y compris viols, tortures, crimes de masse et trafic d'organes humains. « Clin d'œil » en passant à plusieurs hauts-responsables du Kosovo (ou une des plus grandes bases US du monde), grands amis des élites occidentales et occupant aujourd'hui des postes clés dans cette « république », berceau historique de la Serbie, à qui elle a été arrachée et sans aucun référendum. Une sortie illégale par ailleurs entièrement reconnue valide par les USA et leurs suiveurs ouest-européens. Mais il y…
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Une enquête interne des Nations unies révèle que des casques bleus déployés en République centrafricaine sont accusés d’avoir eu des rapports sexuels avec des filles âgées de moins de 13 ans dans un camp de réfugiés. Au moins quatre casques bleus sont accusés d’avoir eu des relations sexuelles avec des prostitués mineures dans le camp de M'Poko, situé près de l’aéroport international de Bangui, la capitale du pays, rapporte le Washington Post. Les filles étaient proposées aux soldats «pour des sommes allant de 50 cents à 3 dollars», a confié une source qui a souhaité garder l’anonymat au journal américain.

Page 1 sur 26

Sites Amis

Nos Services

NOS LIENS